LANIAKEA

Chorégraphies et interprétations : Maïle Kaku et Anne-Laure Rouxel
Durée : 12 minutes

Dans cette performance chorégraphique, théâtrale et musicale, Maïle Kaku et Anne-Laure Rouxel, nous invitent à imaginer le superamas extragalactique Laniākea – la plus grande structure de galaxies connue à ce jour à laquelle nous appartenons. Son nom d’origine hawaïenne signifie ciel incommensurable – il mesure environ 500 millions d’années lumières de diamètre et contient 100 millions de milliards de soleil !

Une création de mouvements et de sons, d’énergies et d’espaces, pour appréhender en poésie vivante et humour notre univers local.

Après avoir partagé le spectacle chorégraphique Hopo’e en 2014 (150 représentations en France et à l’international), Maïle Kaku et Anne-Laure Rouxel se retrouvent dans cette performance où s’entremêlent les singularités de leurs danses (contemporaines et hawaïennes). Leurs recherches artistiques s’inspirent de l’ouvrage de l’astrophysicienne et cosmographe Hélène Courtois : « Voyage sur les flots de galaxies. Laniākea, notre nouvelle adresse dans l’univers. »

  • Le 4 juillet à 18h30, à la salle Jacques Brel à Romainville (93),
    dans le cadre du festival des Arts d’Hawai’i à Paris.

Production : Cie Cincle Plongeur et Association France – Hawai’i.

PDF : Dossier Laniākea-Performance-dansée



SMARA

(en sanskrit, signifie amour et mémoire)

Performance | Chorégraphie et interprétation : Anne-Laure Rouxel
Durée : 15 minutes
Musiques : L. Subramaniam et Björk | Lumières : Franck Thévenon | Costumes : Céline Haudebourg 

 

Cette sculpture indienne du XI ème siècle, Buste féminin adossé à un rinceau, est une œuvre majeure des collections du Musée national des arts asiatiques – Guimet à Paris.

En juin 2016, pour une étude scientifique « L’émotion à l’œuvre », coordonnée par l’Université Paris 8 et le Musée Guimet, j’ai eu le plaisir d’être invitée à créer une performance autour de cette sculpture.

Alors je me suis intéressée à l’histoire de cette œuvre, la Divinité à l’arbre. Puis, j’ai recherché les rythmes et les silences, les lignes et les volumes des mouvements symbolisant la féminité et la fécondité…

De là est née cette performance chorégraphique Smara
Elle est proposée, hors du Musée, accompagnée de l’image de cette sculpture.

t

Tu me parles. Les mots me manquent pour te répondre. Alors, je vais danser.

 

Lire la suite

Distribution

Calendrier